Déontologie

LA CHARTE ET LA DEONTOLOGIE DU PRATICIEN ET PSYCHOPRATICIEN EN THÉRAPIE INTUITIVE

 

Le thérapeute intuitif agit en toute bienveillance et respect envers son client/patient. 

 

Le thérapeute intuitif est dans un non-jugement total. Il accepte sans jugement la réalité de son client/patient et accepte les individus tels qu’ils sont car il sait que chacun fonctionne sur son propre système inconscient et ses propres valeurs.

 

Le thérapeute intuitif exerce une écoute attentive et active envers son client/patient et ses objectifs et fait au mieux pour y répondre avec précision. Il ne juge jamais les objectifs de son client/patient ni ses choix et ce, même s’ils sont différents des siens.

 

Le thérapeute intuitif est tenu par le secret professionnel et s’engage à respecter cette confidentialité et cette règle de sécurité. Cette règle s’étend à tout ce qu’il a vu, entendu ou compris au cours de sa pratique. Il s’engage à ne jamais divulguer les noms de ces clients/patients. 

 

Le thérapeute intuitif n'exerce aucun pouvoir sur son client/patient et se contente de répondre à sa demande. Il est conscient de la vulnérabilité de ses clients/patients et s’applique à une attitude de clarté envers lui-même et envers ses clients/patients sur ce point. 

 

Le thérapeute intuitif s’engage à ne jamais lire dans l'avenir de son client/patient car il sait que cela emprisonnerait la personne dans des attentes et que le futur étant fait de multiples probabilités, tout est toujours possible. Il a également conscience que tout se choisit dans le temps présent. 

 

Le thérapeute intuitif ne fait jamais d'intrusion dans la vie de son client/patient, il ne le conseille jamais, il se contente de lire les informations inconscientes qui bloquent les objectifs de son client/patient et les débloque avec son accord. Il peut cependant conseiller des livres ou films qu'il trouverait utiles pour la personne dans l'atteinte de ses objectifs.  

 

Le thérapeute intuitif lit seulement dans l'inconscient, la mémoire, l'aura ou les annales akashiques de son client/patient et sur demande du client/patient au cours d'une consultation payante. Il s'engage à ne jamais mettre en redevabilité son patient en lui faisant des consultations gratuites.

 

Le thérapeute intuitif pose un prix fixe et clair pour ses consultations qu'il affiche sur son site et/ou dans son cabinet. 

 

Le thérapeute intuitif s'engage à ne jamais lire dans l'inconscient, la mémoire, l'aura ou les annales akashiques d'une personne qui ne lui a pas demandé expressément. Il ne fait aucune consultation sur demande d’un tiers.

 

Le thérapeute intuitif travaille avec les principes de la loi d'attraction et des huit circuits de conscience et sait qu’il ne sert à rien de se poser en victime et que chacun peut modifier la réalité qu’il vit. Il applique ce principe sur sa propre vie et invite ses clients/patients à faire de même. 

 

Le thérapeute intuitif a pour mission de rendre son patient le plus autonome possible et à l'aider à prendre sa destinée en main. Pour cela, il lui donne les moyens d'être et de se sentir responsable à 100 % de son processus de croissance. Il permet ainsi à l’individu de reprendre son pouvoir personnel.

 

Le thérapeute intuitif fait preuve d'humilité et n'est jamais responsable de l'évolution des individus. Son rôle est de faire confiance au potentiel de chacun, de l'aider à le révéler et de l'accompagner dans son processus de réappropriation. Il n'est qu'un décodeur, un transmuteur et un catalyseur.

 

Le thérapeute intuitif respecte le cheminement des individus, leurs convictions et leurs propres rythmes nécessaires à l’intégration du travail fait en séance et en atelier. Dans cette perspective, le thérapeute intuitif veille également à se respecter au travers de ses besoins, imperfections et fragilités.

 

Le thérapeute intuitif fonctionne dans une attitude de transparence relationnelle. Il accepte de regarder en face les problèmes et les tensions et accueille les confrontations comme des opportunités de croissance. Il fait preuve d’une grande ouverture d’esprit. 


Le thérapeute intuitif s’engage à se remettre en question en permanence, à n'enseigner que ce qu'il expérimente et vit, et à accompagner l'autre jusqu'à son point d'évolution accessible, écologique et souhaité, ainsi qu'au point de conscience où il est lui-même parvenu. 

 

Le thérapeute intuitif fait donc un travail régulier sur lui et sur ses structures inconscientes car il sait que plus il est libre avec ses structures et plus il est efficace en tant que praticien. Il a conscience que ce travail peut être celui de toute une vie. En tant que praticien respectueux de cette charte, il continue d’évoluer dans sa pratique, notamment en groupe de supervision. Il s'engage à se former sérieusement en tant que Praticien.

 

Cette charte est susceptible d’évolution. 

 

© Ecole de Thérapie Intuitive, 2016-2017   

 

 

 

 

 

CHARTE DU BIO-THÉRAPEUTE


Humilité


Nous ne serons jamais responsables de l'évolution des individus. Notre rôle est de faire confiance au potentiel de chacun, de l'aider à le révéler et de l'accompagner dans son processus de réappropriation.
Nous ne sommes que des catalyseurs.


Autonomie


Notre mission est d'aider les individus à prendre leur propre destinée en main. Pour cela, nous leur donnons les moyens d'être et de se sentir responsables à 100 % de leur processus de croissance.


Acceptation


Nous travaillons avec les individus dans une optique de non-jugement de leur réalité et acceptons chacun tel qu'il est. Cela implique pour nous de les aider à reconnaître et à accepter tant leurs difficultés que leurs réussites comme sources d'enseignements. L'intention est toujours positive.


Respect


Nous respectons le cheminement des individus, leurs convictions et leurs propres rythmes nécessaires à la maîtrise des compétences requises. Dans cette perspective, nous veillons également à nous respecter au travers de nos besoins, imperfections et fragilités.


Ouverture


Nous garderons en permanence une attitude d'ouverture et de partage avec nos collègues d'autres disciplines, car nous restons conscients des limites de notre démarche et de la nécessité d'une complémentarité pluridisciplinaire.


Transparence


Nous ne pouvons fonctionner correctement et efficacement que dans une attitude de transparence relationnelle. Nous acceptons de regarder en face les problèmes et les tensions, accueillant les confrontations comme des opportunités de croissance. Cohérence et congruence
Nous nous engageons à nous remettre en question en permanence, à n'enseigner que ce que nous expérimentons et vivons, et à accompagner l'autre jusqu'à son point d'évolution accessible, écologique, souhaité par lui-même, ainsi qu'au point de conscience où nous sommes nous-mêmes parvenus.


Engagement


Nous nous engageons à respecter les règles de sécurité, à savoir la confidentialité (secret professionnel).


Responsabilité individuelle


Restitution des informations utiles et confrontation bienveillante sur les incohérences à son superviseur.
Le praticien en décodage biologique n'a pas un devoir de résultat mais un devoir de conscience (travail sur lui, connaissance de ses motivations, identifications et contre-transfert).

 

 

 

Code de déontologie du Syndicat National des Psychopraticiens

 

I : Obligations générales du psychopraticien

 

Art. 1/1 - Formation professionnelle. Le psychopraticien a une formation professionnelle approfondie théorique et pratique apte à créer une compétence de praticien.

Art. 1/2 - Processus thérapeutique personnel. Il est passé lui-même par un processus thérapeutique approfondi. Cette démarche personnelle est distincte de sa formation, bien qu'elle y participe fondamentalement.

Art. 1/3 - Formation continue. Sa formation et son développement personnel doivent faire l'objet d'une constante régénération tout au long de sa carrière.

Art. 1/4 - Contrôle et supervision. Le psychopraticien se maintient dans un système de supervision ou de contrôle de sa pratique par un tiers qualifié.

Art. 1/5 - Indépendance professionnelle. Le psychopraticien ne doit pas accepter des conditions de travail qui porteraient atteinte à son indépendance professionnelle et, notamment, qui l'empêcherait d'appliquer les principes déontologiques énoncés ici.

Art. 1/6 - Attitude de réserve. Le psychopraticien, conscient de son pouvoir, s'engage à une attitude de réserve. Il prend garde aux conséquences directes ou indirectes de ses interventions et, entre autres, à l'utilisation qui pourrait en être faite par des tiers.

Art. 1/7 - Information sur son exercice. Toute information du public (articles, publications, émissions radio ou télédiffusées, enseignes, annonces payantes, conférences, documents pédagogiques, etc...) doit être faite dans une position de réserve et de décence sur la personnalité du psychopraticien, sur la nature des soins qu'il fournit et sur les résultats escomptés de la thérapie. Le psychopraticien n'utilisera pas ses clients à des fins médiatiques.

Art. 1/8 - Appartenance au syndicat
Seuls les membres titulaires peuvent se prévaloir de leur appartenance au syndicat.

 

 

II : Devoirs du psychopraticien vis-à-vis de ses clients

 

Art. II/1 - Qualité des soins : Dès lors qu'il s'est engagé dans un contrat thérapeutique avec une personne, le psychopraticien s' engage à lui donner personnellement les meilleurs soins.

Art. Il/2 - Appel à un tiers : A cet effet, et s'il l'estime utile, il fait appel à la collaboration de tiers.

Art. Il/3 Devoir de réserve : Conscient de la relation très spécifique qui le lie à ses clients, le psychopraticien observe une attitude de réserve en toutes circonstances.

Art. Il/4 Abstinence sexuelle : Le psychopraticien s'abstient de toutes relations sexuelles avec ses clients ainsi qu'avec ses étudiants en formation et collègues en supervision.

Art. Il/5 - Respect de l'individu : Le psychopraticien respecte l'intégrité et les valeurs propres du client dans le cadre du processus de changement.

Art. Il/0 Responsabilité du client : Le psychopraticien se doit d'attirer l'attention du client sur sa responsabilité propre et sur la nécessité d'une coopération active et permanente de ce dernier.

Art. Il/7 Sécurité physique : Dans le cadre de sa pratique, le psychopraticien instaure une règle de non-violence sur les personnes et les biens.

Art. Il/8 – Honoraires : Chaque psychopraticien fixe lui-même ses honoraires en conscience.

Art. Il/9 Secret professionnel : Le psychopraticien est soumis aux règles usuelles du secret professionnel qui s'étend à tout ce qu'il a vu, entendu ou compris au cours de sa pratique.

Art. Il/10 - Garantie de l'anonymat : Le psychopraticien prend toutes les précautions nécessaires pour préserver l'anonymat des personnes qui le consultent ou l'ont consulté.

Art. Il/11 - Secret professionnel et co-thérapie : Si des raisons thérapeutiques nécessitent la collaboration avec une personne donnant des soins au thérapisant, le psychopraticien ne peut partager ses informations qu'avec l'accord du client. Cet accord est implicitement donné dans un processus de co-thérapie.

Art. Il/12 Groupe : anonymat et discrétion : En séance collective, le psychopraticien prescrit aux membres du groupe une obligation de secret quant à l'identité des participants et de discrétion sur le déroulement des séances.

Art. Il/13 - Protection des participants : En séance de groupe, le psychopraticien interdit le passage à l'acte sexuel entre les participants et tout acte physique dommageable aux personnes et aux biens.

Art. Il/14 - Liberté l'engagement du psychopraticien : Le psychopraticien n'est jamais tenu de s'engager dans un processus de soins thérapeutiques.

Art. Il/15 – Continuité : Le psychopraticien se doit d'assurer la continuité de l'engagement thérapeutique ou d'en faciliter les moyens.

Art. Il/16 - Choix du psychopraticien : Le psychopraticien respecte et facilite le libre choix de son thérapeute par le thérapisant.

Art. Il/17 Changement de thérapeute : Le psychopraticien est conscient des liens spécifiques mis en place par une thérapie précédemment engagée avec un confrère. Dans le cas d'une consultation en vue de changer de thérapeute, il facilitera l'analyse de la difficulté qui a surgi.

 

 

III – Rapports du psychopraticien à ses confrères, aux autres professionnels de la santé et aux institutions

 

Art. IlI/1 - Information déontologique. Le code de déontologie des psychopraticiens est public.

Art. III/2 - Personnel adjoint. Le psychopraticien fait respecter le présent code par les personnels dont il est amené à se faire entourer.

Art. III/3 - Appartenance institutionnelle : Le fait pour un psychopraticien, d'être lié à un centre de soins, de formation, à un lieu de vie ou d’appartenir à des structures sociales ou associatives ne saurait porter atteinte à l'application des présentes règles déontologiques.

Art. III/4 - Contrôleurs, superviseurs, formateurs : Les psychopraticiens exerçant des contrôles, supervisions ou activités didactiques doivent se faire dûment identifier par leurs groupes respectifs.

Art. III/5 - Règles de confraternité : Aucune pratique ni institution ne pouvant prétendre à l'exclusivité ou à la primauté sur les autres dans la compétence thérapeutique, le praticien est tenu au devoir de réserve par rapport à ses confrères.

Art. III/6 - Rapport à la médecine : Conscient de la spécificité de la thérapie et de celle de la médecine, le psychopraticien invite son patient à s'entourer de toutes les garanties de cette dernière.

Art. III/7 - Utilisation du nom : Nul n’a le droit dans un texte informatif ou publicitaire, d’utiliser les nom et titres d’un psychothérapeute sans son autorisation expresse et son accord écrit.